TOUT SAVOIR SUR LA PARTICIPATION


 
La participation des salariés aux résultats de l’entreprise date de 1967. Elle associe dans la durée les salariés à la vie de l’entreprise et à sa réussite, par la distribution d’une partie du résultat annuel.

Cela se concrétise aussi dans le fait que les sommes sont obligatoirement épargnées pendant 5 ans, sauf cas de retrait anticipé prévus par la loi.

Depuis la loi sur les revenus du travail du 3 décembre 2008, les mandataires sociaux et dirigeants d'entreprise (ainsi qu'à leurs conjoints collaborateurs ou associés) de moins de 251 salariés peuvent bénéficier de la participation. La réserve de participation est distribuée entre les dirigeants et les salariés.

La participation peut également servir à la construction d’un mécanisme d’actionnariat qui accroît la participation des salariés à la vie et aux résultats de l’entreprise.

La participation doit être mise en place par un accord. Elle est obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés, facultative dans les autres.

Principe

La participation garantit la redistribution d'une partie des bénéfices de l'entreprise. Le montant de la prime due au salarié varie en fonction des critères fixés par l'accord. Le salarié peut demander, sous conditions, le déblocage immédiat des sommes acquises. A défaut, celles-ci sont bloquées pour une durée de 5 ans (ou 8 ans en l'absence d'accord).
 
La méthode de calcul

La somme globale affectée à la participation des salariés est appelée la réserve spéciale de participation (RSP). Elle est déterminée en fonction du bénéfice après impôt de l’entreprise. Il existe une formule légale de calcul permettant de la calculer :
RSP = (Bénéfice net fiscal - 5% des capitaux propres) / 2) x (Salaires / Valeur ajoutée).

Cette formule vise à déduire obligatoirement une rémunération de 5 % des capitaux propres de l’entreprise et à tenir compte de la part des salaires dans la valeur ajoutée.

Des formules de calcul dérogatoires peuvent également être mises en place, dès lors qu’elles sont plus favorables aux salariés.


Accords d’entreprise ou accord de groupe

Montant

Le montant de la prime de participation varie en fonction des critères définis par l'accord.

L'entreprise doit constituer une réserve spéciale de participation, sur la base d'une formule de calcul prenant en compte le bénéfice net, les capitaux propres, les salaires et la valeur ajoutée.

Les sommes versées dans cette réserve sont ensuite réparties entre les salariés de l'entreprise, selon les critères de répartition suivants :
  • soit par répartition uniforme entre chaque salarié,
  • soit en proportion des salaires,
  • soit en proportion du temps de présence dans l'entreprise,
  • soit en combinant les 3 critères ci-dessus.
Le montant de la participation à distribuer est déterminé après clôture des comptes de l'exercice.

Les droits à participation susceptibles d'être versés à un même salarié au titre d'un exercice donné font l'objet d'un plafonnement individuel.

Lorsque l’entreprise appartient à un groupe, les salariés peuvent éventuellement bénéficier d’un accord de groupe, mais la participation demeure versée au niveau de chaque entreprise.

Pendant la période de blocage, le salarié peut, selon l’accord, placer les sommes en actions de l'entreprise dans laquelle il travaille, en actions de SICAV, en parts de Fonds Communs de Placement d’Entreprise (FCPE) ou en actions de SICAV d’actionnariat salarié (SICAVAS), ou encore les affecter à un fonds d’investissement de l’entreprise, sous forme de compte courant bloqué dans l'entreprise. La participation peut enfin être affectée à un plan d’épargne salariale (PEE, PEI, PERCO ou PERCOI) lorsqu’il en existe un dans l’entreprise. Ces différents modes de placement peuvent être combinés, si l’accord le prévoit. Depuis la loi de décembre 2006 sur la participation les nouveaux accords ne pourront plus prévoir comme seule possibilité le versement sur un compte courant bloqué. Les salariés devront pouvoir verser leurs fonds de participation à un PEE.

Certains accords laissent aux salariés la possibilité de choisir eux-mêmes le mode de gestion des sommes qui leur sont attribuées au titre de la participation. D’autres l’affectent d’emblée. Certains accords prévoient d’autre part la possibilité de modifier l’utilisation des sommes de la participation pendant la période d’indisponibilité.

Disponibilité des droits

Versement immédiat

Les sommes issues de la participation peuvent être versées immédiatement, à la demande du salarié.

Sa demande est formulée sous 15 jours à compter de la date à laquelle il a été informé du montant qui lui est attribué.

Le versement de la participation est effectué avant le 1er jour du 5è mois suivant la clôture de l'exercice au titre duquel la participation est attribuée, sous peine de versement d'un intérêt de retard (soit, par exemple, un versement effectué au plus tard le 30 avril lorsque l'exercice de l'entreprise est clos le 31 décembre de l'année précédente).

À noter :  l'entreprise peut également payer le salarié immédiatement, même si le salarié n'en fait pas la demande, lorsque les droits acquis ne dépassent pas la somme de 80 €.

Période d'indisponibilité des sommes

Si le salarié n'a pas demandé le versement immédiat de tout ou partie des sommes qui sont attribuées, celles-ci sont bloquées pendant 5 ans.

Si aucun accord de participation n'a été conclu dans les délais requis par la loi, l'indisponibilité des sommes est portée à 8 ans.
La durée d'indisponibilité court à partir du 1er jour du 5è mois suivant l'exercice au titre duquel les droits sont nés (soit, par exemple, à partir du 1er mai lorsque l'exercice de l'entreprise est clos le 31 décembre de l'année précédente).

À l'issue de cette période, les sommes perçues peuvent être affectées au compte épargne-temps (CET) du salarié.

Régime fiscal et social

Les sommes bloquées sont exonérées d'impôt sur le revenu et de cotisations sociales. En cas de versement immédiat des droits, le montant débloqué est soumis à l'impôt sur le revenu.

Déblocage anticipé de la participation

Lorsque les sommes investies au titre de la participation ont été bloquées, il reste toutefois possible de bénéficier d'un déblocage anticipé avant l'expiration du délai d'indisponibilité, dans les cas suivants :
  • mariage,
  • naissance ou arrivée au foyer en vue d'adoption d'un troisième enfant puis de chaque enfant suivant,
  • divorce en cas de garde d'au moins un enfant mineur,
  • invalidité correspondant à un classement en 2ème ou 3ème catégories (du salarié ou de son conjoint),
  • décès (du salarié ou de son conjoint),
  • rupture du contrat de travail,
  • création ou reprise d'entreprise par le salarié ou son conjoint,
  • acquisition ou agrandissement de la résidence principale,
  • installation en vue de l'exercice d'une profession libérale,
  • surendettement.

Affectation des sommes

Accord de participation conclu depuis le 1er janvier 2007

Les sommes attribuées aux salariés peuvent être affectées, en fonction des conditions prévues par l'accord de participation :
  • à des comptes ouverts au nom des intéressés en application d'un plan d'épargne salariale (PEE, PEI ou Perco),
  • à un compte que l'entreprise doit consacrer à des investissements (les salariés ont sur l'entreprise un droit de créance égal au montant des sommes versées).
L'affectation des sommes constituant la réserve spéciale de participation à un compte courant bloqué est possible, en complément de l'affectation à un PEE, un PEI, un Perco ou un compte consacré à des investissements.

À savoir :  les frais relatifs aux opérations nécessaires à la tenue de compte sont à la charge de l'entreprise.

Accord de participation conclu avant le 1er janvier 2007

Les sommes attribuées aux salariés peuvent être affectées :
  • à l'attribution d'actions ou de coupures d'actions de l'entreprise,
  • à la souscription d'actions émises par les sociétés créées par des salariés en vue du rachat de leur entreprise,
  • à l'acquisition de titres de SICAV,
  • à l'acquisition de parts de fonds communs de placement (FCP),
  • à un fonds que l'entreprise doit consacrer à des investissements (comptes courants bloqués).

Supplément de participation

Le salarié peut bénéficier du versement d'un supplément de réserve spéciale de participation au titre de l'exercice clos.
Le montant de ce supplément est libre, mais il ne peut dépasser le plus élevé des plafonds suivants :
  • la moitié du bénéfice net comptable,
  • le bénéfice net comptable diminué de 5 % des capitaux propres,
  • le bénéfice net fiscal diminué de 5 % des capitaux propres,
  • la moitié du bénéfice net fiscal.

Information du salarié

La somme attribuée au salarié fait l'objet d'une fiche distincte du bulletin de paie, qui mentionne les éléments suivants :
  • montant total de la réserve spéciale de participation pour l'exercice écoulé,
  • montant des droits attribués,
  • retenue opérée au titre de la CSG et de la CRDS,
  • s'il y a lieu, organisme auquel est confiée la gestion de ces droits,
  • date à partir de laquelle ces droits sont négociables ou exigibles,
  • cas dans lesquels ces droits peuvent être exceptionnellement liquidés ou transférés avant l'expiration de ce délai,
  • conditions d'affectation par défaut au Perco des sommes attribuées au titre de la participation.
La remise de cette fiche distincte peut être effectuée par voie électronique, avec l'accord du salarié, dans des conditions de nature à garantir l'intégrité des données.


 
 
SUIVEZ NOUS

        
 
Sud Assurance
144 Boulevard de la villette
75019 Paris


Tel : 06 66 75 97 84
Fax : 01 86 95 72 95


 
ADHERER
Site conçu et mis à jour par Sud Assurance - dernière mise à jour le 17/06/18